Sélectionner une page

Le jeudi 14 décembre 2017, un événement historique historique s’est produit en Martinique. Ce jour-là, ce ne sont pas moins de 8 paquebots transportant plus de 11 000 croisiéristes qui ont accosté à Fort-de-de- France, aux Trois-Ilets et à Saint-Pierre : un record absolu d’affluence sur une seule journée.

Le 7 février de cette année, je publiais l’article ci-dessous dans lequel j’expliquais les raisons de l’insolente santé du marché de la croisière aux Antilles françaises. A l’occasion de cette fin d’année et à la lumière des prévisions de fréquentation de la saison 2017- 2018 qui prévoient 350 escales de paquebots et quelque 650 000 croisiéristes sur le sol martiniquais, je vous propose à nouveau sa lecture.

Eaux turquoises, plages paradisiaques, palmiers ondulant sous les alizés , voilà pour les Antilles version carte postale. Les « French West Indies », ce sont bien sûr ces îles tropicales gâtées par la nature. Mais pas que.

Les Antilles, c’est aussi un art de vivre fait de décontraction et de bonne humeur. Et c’est surtout une économie en plein renouveau, portée par l’attractivité de ces territoires ultra-marins et boostée par les nouvelles technologies.

Archi-connectés et inventifs, les entrepreneurs (ses) locaux ont de beaux succès à faire valoir. Cette semaine, cap sur le marché florissant de la croisière et zoom sur la belle histoire d’amour naissante entre les Antilles Françaises et les USA…

Quand les Américains découvrent (ou redécouvrent) les Antilles françaises…

Longtemps ignorées par les tour-opérateurs nord-américains, les Antilles françaises sont sur le point de réussir un pari fou: faire venir à elles la clientèle américaine, réputée comme une des plus difficiles au monde. Les raisons d’un tel retournement de situation? Un alignement des planètes très favorable. Explications sur cette belle « success story ».

1- D’abord , une volonté politique: dès 2011, les collectivités territoriales des deux départements (Martinique et Guadeloupe) décident d’engager des actions d’envergure pour enrayer la baisse de l’activité croisière: développement des infrastructures, actions directes sur le sol américain pour convaincre les tour-operators, organisation de voyages de presse. Tout est mis en oeuvre pour inciter les compagnies de croisière à programmer des escales dans les « French West Indies ». L’enjeu est de taille: la Caraïbe représente à elle seule 50% du marché mondial de la croisière.. Plus de 5 ans après, le pari est…gagné avec cinq années consécutives de hausse du trafic. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour la saison 2016-2017, ce sont plus de 330 000 croisiéristes qui débarqueront au total en Martinique dont près de 30% de Nord- Américains (Canadiens et Américains) . Yes, FWI can!

2- Des initiatives locales heureuses: conscientes de la nécessité de s’adapter à une clientèle de plus en plus internationale, les Antilles ont entamé leur mue: encouragement à la pratique de l’anglais, programmes d’amélioration de l’accueil, possibilité de paiement en dollars, digitalisation de l’offre touristique. Avec à la clé des résultats concrets pour l’ensemble des professionnels du tourisme et des retombées très positives pour l’ensemble des secteurs d’activité. Preuve de cet engouement des Américains pour nos îles, la création d’une agence de voyages basée aux Etats Unis spécialisée dans l’organisation de séjours aux Antilles françaises.Une première ! Autre première, le lancement d’un e-book sur la Martinique destiné à la clientèle américaine rédigé par Francesca Murray, une Californienne installée en Martinique depuis un an .Vous le trouverez sur le blog One Girl, One World. FWI are the world…

3-une évolution de l’attente de certains touristes américains: si les Américains ont longtemps privilégié les séjours dans les hôtels de luxe des Bahamas, il semblerait qu’une certaine catégorie de touristes soit à la recherche de destinations plus authentiques. Une belle opportunité pour la Martinique et la Guadeloupe qui ont su préserver leur identité et qui possèdent un beau patrimoine qu’elles peuvent mettre en avant..

4- une nouvelle desserte aérienne vers les Etats-Unis

Cerise sur le gâteau ou cherry on the cake, comme vous voulez…l’arrivée de la compagnie low-cost Norwegian Airlines a véritablement fait décoller le trafic aérien des Etats-Unis vers les Antilles françaises. Mises en place fin 2015, les liaisons avec la côte Est ont permis aux habitants de Baltimore, Boston, Washington DC ou encore de New York de goûter aux joies de nos îles tropicales. Le tout pour un prix de billet démarrant à 200 €..Le succès a été tel que la Norwegian Airlines a non seulement reconduit l’opération pour 2016 – 2017 , mais a décidé d’allonger encore la saison jusqu’à avril 2017; et il n’y a pas que les touristes américains pour se frotter les mains (engourdies par le froid hivernal …) Les Martiniquais et les Guadeloupéens profitent eux aussi de ces vols low-cost pour pour découvrir les les principales villes de la côte Est. Une aubaine pour tout le monde, à commencer par les aéroports de Martinique et de Guadeloupe qui affichent des fréquentations record depuis 2015! Fwi love USA!

Tous les voyants sont donc au vert pour faire des FWI une destination incontournable de la Caraïbe. Le secteur privé a toutes les cartes en main pour profiter de cette manne touristique nouvelle et déborde d’initiatives pour combler les attentes des visiteurs des Antilles. Comme nous le constaterons lors de nos prochains rendez-vous.

Notre première escapade aux Antilles s’achève. J’espère que le voyage vous a plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à partager cet article ou à me faire part de vos commentaires.

Share This